Nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir sur  la réforme des études de médecine

à Bordeaux : 05 33 05 25 42

à Lyon : 04 37 23 07 87

à Paris : 09 52 08 64 69

à Toulouse : 05 61 22 66 07

Logo Zêta École de Santé
Documentation prépa médecine

Prépa Médecine à Toulouse, Lyon, Bordeaux et Paris

Ensemble pour faire aboutir vos projets professionnels !

Quelles sont les nouveautés du cursus « Médecine » ?

C’était la grande nouveauté de la rentrée 2020 : après dix ans d’existence, la PACES a été supprimée et remplacée par deux nouvelles voies : le PASS (Parcours accès santé spécifique) et la LAS (licence accès santé).
Avec presque 400 000 candidatures enregistrées sur parcoursup en 2020, ces deux voies ont plus que jamais le vent en poupe. Devant une telle demande, le recours aux prépas PASS et LASS est devenu nécessaire pour maximiser ses chances d’accès à des secteurs tels que la pharmaceutique, le paramédical, la maïeutique (sages-femmes) ou la chirurgie dentaire.

La réforme des études de santé en détail

Les défis de taille auxquels le système médical français était confronté ont rendu nécessaire l’élaboration d’une nouvelle stratégie.
Celle-ci répond au nom de « ma santé 2022 » et elle vise notamment à augmenter de 20% les effectifs de santé en France. Avec un projet élaboré de concert par le ministère de la santé et par le ministère de l’enseignement supérieur, l’Etat a ainsi profondément réformé les études de santé, en insistant particulièrement sur trois aspects essentiels :
  • une réduction des inégalités d’accès aux soins,
  • une modernisation des procédés, des équipements et des pratiques de santé et enfin
  • une amélioration de la qualité de la formation des futurs professionnels de santé.

Quels sont les objectifs de cette réforme ?

La réforme se concentre d’abord sur le choix des élèves, puisqu’une des idées les plus mises en avant est de former des étudiants venant de milieux sociaux et géographiques plus diversifiés. Par ailleurs, des efforts sont faits afin d’améliorer l’épanouissement des étudiants, mais aussi leur réussite. En effet l’ancien système permettait à environ 30% d’élèves de première année de passer en deuxième année, laissant donc 70% des candidats dans une situation délicate, sans possibilité de réorientation immédiate, qui plus est après deux tentatives.
Dans cette optique de faciliter la réorientation, les pouvoirs publics ont mis en place de nombreuses passerelles inédites entre les différents parcours.
En outre, dans le but de rendre notre système de santé plus efficace, il y a une volonté forte de favoriser les échanges interprofessionnels, mais aussi de faire acquérir aux élèves de nouvelles compétences médicales qui doivent répondre aux défis de demain.
Différents parcours pour entrer en médecine

Les formations directement concernées par la réforme 

Les formations dites « MMOPK » sont touchées en premier lieu par cette réforme, elles comprennent les études de sage-femme, de dentiste, de physiothérapie, mais aussi de pharmacie et de médecine.

La passage d’un numerus clausus a un numerus apertus

Depuis 50 ans, le passage en deuxième année d’études était soumis au principe du numerus clausus dont le but était de limiter le nombre sans cesse plus important d’étudiants dans chaque filière en école de santé et donc de permettre de bonnes conditions de stage.
Le dernier numerus clausus (PACES 2019-2020) limitait le nombre de places à 14 238 places dont 8 832 en médecine, 3 177 en pharmacie, 998 en maÏeutique et 1231 en odontologie (dentiste).
Ce système a désormais laissé sa place à un numerus apertus qui constitue un modèle plus souple et qui s’adapte aux nécessités régionales. En d’autres termes il prévoit une coopération des facultés de médecine avec le service régional de santé affilié afin de déterminer ensemble le nombre d’étudiants à laisser passer en deuxième année, en prenant en compte les besoins ainsi que les capacités d’accueil et de formation propres à la région en question.
Rejoignez notre prépa médecine

Les nouvelles voies PASS et LAS 

  • PASS : Le Parcours accès santé spécifique consiste en une année d’étude après le bac dans une faculté de médecine (inscription sur parcoursup). C’est une formation extrêmement proche de l’ancienne PACES qui constitue le cursus le plus suivi au sein des études de santé avec entre 55% et 60% des étudiants. 
  • LAS : La licence accès santé est un parcours inédit qui offre une « mineure santé » et est disponible dans toutes les universités françaises. 
Il est important de préciser qu’en dépit de la réforme, ces deux voies demeurent particulièrement sélectives dans la mesure où dans les deux parcours, les candidats n’ont que deux tentatives pour accéder à l’une des filières  MMOPK.
Cette division des études de santé en deux parcours a été faite d’abord dans l’optique d’intégrer des profils avec une plus grande diversité de parcours, notamment des étudiants qui ne seraient pas entrés dans l’enseignement supérieur par des études médicales.
Comprendre les mécanismes des ARN pour réussir en Médecine

La PASS (Parcours Accès Santé Spécifique)

Socle commun à tous les élèves inscrits en PASS :

  • Sciences humaines et sociales
  • mathématiques
  • Santé publique
  • Chimie
  • Biochimie
  • Biologie cellulaire
  • Physique
  • Histologie/embryologie
  • Anatomie
  • Physique
  • Anglais
  • Initiation aux médicaments
  • Préparation à l’oral

 

En plus de ce socle commun, une matière en lien avec la filière visée en deuxième année doit être choisie.
Par ailleurs, tous les étudiants sélectionnent aussi une matière dite « mineure » entre quatre possibilités :
  • Droit
  • Économie gestion
  • Biologie-Physique- Chimie
  • Santé des populations
Comment fonctionne le PASS ?

L’accès aux filières MMOPK 

Afin de pouvoir passer en deuxième année dans l’une des filières MMOPK en ayant fait le PASS, l’élève doit :
  • Obtenir une moyenne générale supérieure à un certain seuil défini par l’université.
  • Valider toutes ses matières et avoir des résultats supérieurs à un certain niveau fixé au préalable par l’université.
Dans le cas où l’étudiant n’a pas rempli ces critères, aucun redoublement n’est possible, il doit donc se réorienter en passant par parcoursup, soit en LAS, soit dans d’autres parcours.
Si tous ces critères sont remplis, il reste au candidat plus ou moins d’étapes à passer pour entrer en deuxième année. Jusque lors les examens d’entrée étaient exclusivement composés de questionnaires à choix multiples. Désormais, selon la région et même selon l’établissement, la nature des épreuves d’entrée ainsi que les modalités et conditions d’admission varient parfois du tout au tout. Ainsi les candidats peuvent être pris directement sur dossier et peuvent aussi, dans d’autres universités, passer des épreuves écrites et/ou orales (deux oraux de 20 minutes minimum).
En cas d’échec à ces épreuves, l’étudiant ne peut pas redoubler mais il peut poursuivre l’étude de sa matière mineure au cours d’une deuxième année de LAS. Cette option lui permet ainsi d’accéder à une large gamme d’autres métiers du secteur de la santé, mais aussi de retenter (pour la dernière fois) l’entrée dans un cursus MMOPK.
Comprendre le chapitre sur le système nerveux pour réussir en médecine

La LAS (Licence Accès Santé)

La LAS fonctionne sur le principe d’une double licence : il faut choisir une licence générale qui propose une option santé, dans la matière de son choix .
Attention : Toutes les licences ne préparent pas aux cursus MMOPK, il faut donc choisir sa licence avec précaution en veillant à bien vérifier que ce soit le cas sur parcoursup.
Dans cette filière, l’étudiant suivra ainsi les cours de sa licence générale avec en plus des cours de santé dont les enseignements diffèrent selon la faculté. Il faut garder en tête que quelle que soit la faculté, les cours de santé assureront aux élèves les savoirs nécessaires à l’entrée en cursus MMOPK.
Ces cours de santé comprendront obligatoirement :
  • l’anatomie
  • La pharmacologie
  • La biologie cellulaire
  • La  physiologie
  • Les sciences humaines et sociales
 
Cette voie constitue une nouveauté intéressante dans la mesure où elle permet à des élèves qui ont une appétence pour des matières non-médicales et même littéraires, de suivre des études médicales en parallèle. Ainsi, il leur est désormais permis de se laisser du temps pour choisir sa voie dans un des deux parcours : un parcours santé ou un parcours en lien avec sa filière générale.
Comment fonctionne le LAS ?

Rejoindre un cursus MMOPK par une LAS

L’intérêt d’une LAS réside surtout dans cette possibilité de rallier des études MMOPK dès sa première année de licence, même s’il peut parfaitement attendre la fin de sa L2 ou même de sa L3 pour tenter d’intégrer ce parcours santé (deux tentatives autorisées au total). Cependant il convient de rappeler que quelle que soit le niveau d’étude que possède le candidat au moment où il passe les épreuves, il entrera de toute façon en deuxième année d’études de santé.
Cependant, rejoindre une filière MMOPK nécessite de valider son année universitaire et de valider les modules « santé » de sa licence (en plus d’être éligible au regard des critères fixés par l’université).
Dans le cas où ces critères sont remplis, les modalités d’admissions sont les mêmes que celles évoquées dans la partie « PASS ».
Comment rejoindre le cursus MMOPK par une LAS ?